La photo de la semaine : Manech à Esterençuby


Brebis manech tête noire à Esterençuby (Basse Navarre)

La Nive à Cambo les Bains

La Nive et le Bas-Cambo

La Nive et Arnaga

La grassette commune

Sous ses airs de violette ingénue, la grassette cache bien son jeu. La belle est carnivore.



Ses feuilles d’un vert pâle sont un piège type "papier-mouche", collant. Pour les insectes seulement. Séduits, capturés et digérés ils fournissent à la plante l’azote nécessaire à son développement. En approchant son regard, on aperçoit effectivement les proies collées en cours de digestion. À en juger par le nombre, elle a bon appétit. La grassette affectionne principalement les endroits humides et souvent ombragés.



Le village de Guiche

Le nom de Guiche apparaît pour la première fois dans des documents datés du XIe siècle. A cette époque, et tout au long du moyen âge, l'orthographe de Guiche est : Guissen. Guiche faisant partie du Labourd, les labourdins nomme le village Gixune.
en labourdin, Gizen peut désigner la terre alluviale grasse de la rive Nord de la Bidouze.


De son côté A. Bareigts cite le professeur H. Gavel « Ou bien c'est un nom très ancien, antérieur à la latinisation du pays gascon, ou bien c'est un nom très ancien d'origine basque avant d'être gasconisée.


D'après Brigitte Jobbé-Duval, le nom de Guiche viendrait directement de Gisu, qui signifie « chaux ».


Dans un village où les noms des différents lieux témoignent d'influences multiples (basques et gasconnes pour citer les principales), la question D'où vient le nom « Guiche » ?" reçoit de nombreuses réponses, aussi est-il préférable de la laisser ouverte !







La présence de seigneurs à Guiche dès le XIe siècle permet d'envisager la présence d'un premier château à cette époque là. Guiche fait alors partie de la Navarre avec Pampelune pour capitale. En 1257 les Bayonnais y mettent le feu et le détruisent.
Il est reconstruit dans le courant du XIVe siècle.




Chêne à Arcangues

Images du Pays Basque
Les branches de ce magnifique chêne près de la place du village d'Arcangues, évoquent (pour moi), les ramifications des vaisseaux d'un poumon humain.

La porte Saint-Jacques à St Jean Pied de Port

La porte Saint-Jacques est classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1998, c'est l'une des portes fortifiées de la cité médiévale de Saint Jean Pied de Port  et elle constitue l’entrée  historique  des pèlerins en route vers Compostelle, qui venant du quartier de la Madeleine de Saint Jean Le Vieux, traversaient St Jean Pied de Port en direction de Roncevaux.



Au Moyen Age, des péagers étaient postés près de ces portes, pour assurer la sécurité et prélever les péages. Elle doit son nom au passage des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle, encore nombreux de nos jours.