L'habitat en Basse Navarre

L'habitat totalement dispersé correspond aux lieux où l'absence de plaine,
la dissection en croupes et le morcellement des versants rendent les surfaces cultivables exiguës et dispersées et n'ont admis que des défrichements individuels.


Il relève aussi d'un stade plus tardif de peuplement à une époque où se sont relâchées les structures communautaires. C'est pourquoi les zones de dispersion pure des bordes occupent une place proportionnellement plus grande en "montagne" ou aux limites des territoires communaux et au sein de leurs terrains indivis.

Dans les deux cas, initialement, chaque paysan qui pratiquait l'élevage avait une ou deux bordes pour abriter le bétail, puis certains se sont mis à cultiver à proximité et ont transformé leur borde en maison d'habitation permanente. La toponymie traduit parfaitement l'évidente filiation entre la maison-mère, située dans le village ou dans le quartier, et l'ancienne dépendance à plus ou moins longue distance.



"Il y a très longtemps, lorsque le temps n'avait ni compte ni mesure, nous habitions cette terre sous les rayons du soleil et à la vue de tous. Maintes fois on a voulu nous mettre en fuite lors de l'expulsion des "gentils" mais on n'a pas pu nous faire abandonner notre sol. Nos noms et surnoms, anciens ou récents, ne sont pas tombés dans l'oubli ; pour cette raison peut-être : la seule langue que nous connaissions a été préservée".



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire